Les consultations publiques au sujet de la construction d'un nouveau bâtiment pour le poste de police 31 dans le parc Jarry montrent que les citoyens ne veulent pas de nouveau bâtiment!

Les consultations publiques au sujet de la construction d'un nouveau bâtiment pour le poste de police 31 dans le parc Jarry ont eu lieu mercredi le 17 juin 2009, de 19h00 à 23h00, à la salle du conseil de la mairie d'arrondissement. Il y avait de 60 à 80 citoyens présents et il y a eu 26 interventions, dont seulement 4 provenaient de la CAP Jarry.

Qu'avons-nous appris?

- Il y a un fossé immense entre les élus/fonctionnaires et les citoyens. Les élus et les fonctionnaires supportent la construction d'un nouveau bâtiment dans le parc Jarry pour le poste de police PDQ 31 tandis que la très grande majorité des citoyens qui se sont exprimés sont contre l'idée d'augmenter le nombre de bâtiments dans le parc. Béton contre verdure dans le parc. Attitude 1960 versus vision 2010.

- La Coalition des amis du parc Jarry (CAP Jarry) a déposé une pétition s'opposant à la construction d'un nouveau bâtiment pour le poste de police dans le parc Jarry; 525 personnes ont signé la pétition. De plus, la CAP Jarry a déposé une lettre des Amis de la montagne qui recommande que l’agrandissement du poste de police 31 ne soit pas autorisé "considérant que les parcs sont des espaces verts qui doivent être considérés d’abord et avant tout comme des espaces à préserver pour le plus grand bénéfice des citoyens et des usagers"

- Il n'y a eu aucune démarche pour trouver un emplacement ailleurs que dans le parc Jarry! Il y a eu, il y a 2 ans, fusion du poste de police du parc Jarry et celui de la rue Rousselot. Le service des immeubles de la ville de Montréal a considéré exclusivement les 2 sites pour le poste fusionné. Comme l'espace sur la rue Rousselot était loué et que le terrain au parc Jarry est "gratis", les fonctionnaires du service ont décidé de déménager tous les effectifs du district dans le parc, d'où le besoin d'espace supplémentaire. Ni Mme Anie Sansom (Vision Montréal), ni Mme Mary Deros (Union Montréal), ni Mme Helen Fotopulos (Union Montréal) responsable de l'environnement, des parcs, des espaces verts et bleus et du Mont-Royal, ni les fonctionnaires de la Direction des grands parcs et de la nature en ville n'ont demandé d'examiner les alternatives à l'extérieur du parc Jarry. Pour eux, il est acceptable de construire des bâtiments dans le parc.

- La sécurité dans le parc Jarry est souvent mise de l'avant pour justifier le poste de police dans le parc: aucun chiffre ne justifie cet énoncé! Il a été impossible, par exemple, d'établir s'il y avait plus ou moins d'incivilités dans le parc Jarry par rapport au parc Villeray, au parc Angrigon ou parc Maisonneuve. Les promoteurs du projet se basent sur un sentiment de sécurité - et font la promotion, de façon complémentaire, d'un sentiment d'insécurité dans tous les autres parcs de Montréal qui n'ont pas de poste de police.

- Un représentant du Comité de coordination local de Québec Solidaire Laurier-Dorion s'est dit préoccupé du fond de l'affaire! Il a dénoncé l'absence d'une alternative au parc comme lieu de consolidation des forces policières du quartier - voir http://www.quebecsolidaire.net/laurier-dorion/retour-et-perspectives-sur...

De plus, lors des consultations, une confusion a été entretenue entre les activités policières et la localisation du poste de police. Le service de police est tenu d'assurer la sécurité sur tout son territoire, en conformité avec les priorités globales du SPVM; cette mission est complètement indépendante de la localisation du poste de police. Le comportement des policiers ne sera ni meilleur, ni pire qu'ils débutent leur journée dans le parc Jarry ou ailleurs. Les policiers continueront, espérons-le, à s'impliquer dans plusieurs activités comme Unité sans violence, quelque soit l'endroit où ils prennent leur douche à la fin de la journée.

- Les coûts du projet sont évalués de 2 à 2.2 millions de dollars. Ceci exclut bien entendu les coûts réels puisque ce coin de parc ne pourra plus être développé comme espace naturel du parc, sauf à grands coûts en détruisant le bâtiment; cette perte monétaire est énorme si on considère le prix du mètre carré d'un parc à Montréal. En fait, un nombre tellement grand qu'il n'a pas pu être défini par la ville/arrondissement lors des consultations.

- Il existe déjà un problème de stationnement; presqu'à chaque jour, des voitures de police sont stationnées hors des places de stationnement ou illégalement du côté sud du poste. Pas de solution proposée.

- Des inquiétudes au niveau de la sécurité ont été soulevées au sujet de la cohabitation piéton-voiture dans le stationnement et au sujet du couloir entre les bâtiments. Les représentants de la ville ont indiqué qu'il n'y avait pas de problème; on espère qu'ils ont raison là-dessus.

Pour plus de détails

Informez-vous; lisez des articles à ce sujet